arroseur_arrose.jpg                             L'arroseur, arrosé...

 

L'étude d'IP-Label sur la performance Internet des agences de notation financière attribue à Standard & Poors la plus mauvaise note du classement. Pour l'institut, « S&P » est lourdement dégradé à cause d’une disponibilité médiocre.

 

La dégradation des notes attribuées aux Etats par les agences de notation a révolté les citoyens du monde entier. Qui sont-ils pour donner de bons et de mauvais points aux différents gouvernements ? Certains ont même imaginé noter ces agences. IP-Label l’a fait. Dans son étude sur la « Performance Internet des agences de notation financière », le cabinet a évalué les performances de Fitch Ratings, de Moody’s et de Standard & Poors.

S&P est en queue de classement avec une note globale de 31,70 points, quand Fitch Ratings et Moody’s obtiennent respectivement 77,23 et 66,43 points. La conclusion d’IP-Label est sans appel : « Standard & Poor's est lourdement dégradé par une disponibilité très médiocre, notamment sur les appels émis en Asie, et par une performance de chargement des pages très mauvaise. »

S&P n'est pas à la hauteur des attentes

Pour chaque point étudié, Standard & Poors n’est pas à la hauteur des attentes. Pour le taux de réussite d’accès aux sites, l’agence se fait toquer pour « une disponibilité en berne à partir de Beijing (taux de réussite d’accès de 88 %, soit plus de 1 échec pour 10 tentatives) pour de bêtes problèmes de DNS, ces serveurs de résolution de nom qui permettent de diriger l’internaute vers le serveur cible en se basant sur l’URL saisie ».

Concernant la performance de chargement de la page d’accueil, S&P arrive encore bon dernier. Pour IP-Label, la faute revient à une home page « particulièrement lente ».  De plus, son temps de chargement est de 21,1 s pour S&P quand il atteint 10,1 s chez Fitch et 14,6 s chez Moody’s. Quant à la performance transactionnelle globale, un point qui devrait être irréprochable dans ce secteur d’activité, S&P s’ancre à la dernière place.

Conclusion d’IP-Label : « En se fondant sur la seule connectivité de son hébergement au siège Mac Graw-Hill, le site ne bénéficie pas d’une connectivité internationale satisfaisante. La performance du site se trouve ainsi quasi directement liée à l’éloignement géographique du visiteur vis-à-vis des Etats-Unis (au moins au sens de la typologie de l’Internet). » Un comble pour une agence qui attribue des notes à tous les pays de la planète.

SOURCEhttp://www.01net.com/editorial/553522/standard-and-poors-perd-son-triple-a/

Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Publié dans : ACTUALITES
Samedi 21 janvier 2012 6 21 /01 /Jan /2012 12:53
Retour à l'accueil

CONTACTEZ NOUS

Votre Revue de Presse

Blog Zéro Carbone

compensez le bilan carbone de votre blog avec bonial

 
Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés